Inamissible inanité

by Patrice Faubert Thursday, Feb. 08, 2018 at 3:12 PM

Le monde de la fausse conscience...

La pauvreté
C'est surtout de la dépendance
La maladie
C'est surtout de la dépendance
Et des autres, de l'indifférence
La société du marché
Le marché de la société
Un magasin des offrandes
Chacun chacune, pour vendre sa viande
L'argent
Comme puissance de feu
Pour sur le marché, ce qui se fait de mieux
Pour les diverses bourgeoisies
Une bouffe un peu moins empoisonnée
Pour les diverses pauvretés
Une bouffe malsaine, des cancers diversifiés
Ni chance
Ni malchance
Mais de la loi des probabilités
L'économie, cynique, peut tout calculer
Des profits, des pertes, des dépenses
De l'autocritique, toute une dispense
Souriez, pour vous persuader
Souriez, pour vous conditionner !
Il y a des guerres visibles
Jadis, la guerre de Corée
Trois millions de personnes tuées, mais c'est oublié
Et ce en trois ans, aucune guerre n'est risible
Et par le jeu des alliances
Une possible guerre nucléaire, contre l'évidence
Corée du Sud, Corée du Nord
USA, Chine, Russie, pas au même port
Car
Il y a des bombes à fission dopée
De la cyberguerre et de la cybersécurité
Déjà
Des missiles intercontinentaux
Heureusement, s'immobilisant dans un étau
Mais voilà pourquoi
Des vols spatiaux, de la station orbitale
Bientôt, de l'hydrogène liquide, propulsion sidérale
Fuir un monde surpeuplé, sans foi ni loi
Où tout scélérat est un roi
Cependant
Rien que la plus proche sphère
Même pas la banlieue, en rapport à l'Univers
Proxima B, 4,2 années lumière
40.000 milliards de kilomètres
Pour comprendre, pas besoin d'être géomètre
Alors que la distance Terre/Lune, c'est 384.400 kilomètres !
Et puis
Cela est peu dit
Tout être humain revenant de l'espace
De son corps peut perdre la trace
Malgré toute une gymnastique
D'un gadget l'autre, de l'astronautique
Six pour cent de la masse osseuse perdue
Un tiers de la masse musculaire perdue
Pour rien que six mois en apesanteur
Même avec une population nouvelle
Moteur à plasma, dix fois plus vite, de la foudre irréelle
39 jours pour aller sur Mars, mais la survie toujours pas belle
Certes, des centrifugeuses, de la gravitation artificielle
Mais du danger permanent, de l'inhibition de l'action dans le ciel
Des radiations cosmiques
Déserter une planète où tout est devenu toxique
Ni début, ni fin, au tout cyclique
Comme les écoquartiers
Qui sont parfois construits sur des surfaces polluées
Donc, déserter, pour outre-espace, toutes les erreurs, recommencer
Nonobstant
Si tout avait été collectivisé
Mais dans la fraternité et la solidarité
Et tout est caserne sans la liberté
Seulement compterait notre planète
Faisant fi, à ce jour, des 3604 exoplanètes
Rien qu'en Amazonie, 250 langues différentes
Des dizaines de familles linguistiques, diversité effarante !
Mais
Le monde s'organise dans la fausse conscience
Dans une totale inconscience de la fausse conscience
Toutes les religions, toutes les idéologies, toutes les croyances
Cela passe à la télé, cela parade à la radio
Dans la plupart des journaux
Bientôt, déjà, ici, pas ailleurs, aucune zone habitable
Sur la planète Terre, tout infréquentable
Dans la même unité de temps
Qui peut s'arrêter à tout moment
Quarante mètres de diamètre, un télescope géant
La foudre aussi est maintenant réadaptée
L'hibernation un jour maîtrisée
Pourtant, dans nos villes
Quand l'économie est si vile
Des gens meurent de froid
Des gens meurent de faim
De la petite bourgeoisie toujours satisfaite
De la grande bourgeoisie qui fait la fête
De la moyenne bourgeoisie qui s'entête
Finalement, les rats vivent mieux que nous
Et à Paris, 1,6 à 1,7 rat par personne, c'est fou
3,800 millions de rats environ, des éboueurs naturels
Pas comme nous, dans le comportement, aucun fiel
Servant à éliminer neuf kilogrammes de déchets par an
Et ce par rat urbain, qui vit un an
Alors que l'industrie chimique, tuant
157.000 rats, un million de souris, tous les ans !

Patrice Faubert ( 2018 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur " hiway index "

Poverty
It's mostly about the addiction
Disease
It's mostly about the addiction
And others, indifference
The market society
The company market
A store of offerings
Each one, to sell his meat
money
As firepower
For the market, what is best
For the various bourgeoisies
A little less poisonous food
For the various kinds of poverty
An unhealthy food, various cancers
Neither luck
No bad luck
But of the law of probabilities
The economy, cynical, can calculate everything
Profits, losses, expenses
Self-criticism, a whole dispensation
Smile, to persuade you
Smile, to condition yourself!
There are visible wars
Formerly, the Korean War
Three million people killed, but it's forgotten
And in three years, no war is laughable
And by the game of alliances
A possible nuclear war, against the evidence
South Korea, North Korea
USA, China, Russia, not at the same port
Because
There are bombs with fission doped
Cyberwar and cybersecurity
Already
Intercontinental missiles
Fortunately, stopping in a vice
But that's why
Space flights, from the orbital station
Soon, liquid hydrogen, sidereal propulsion
Fleeing an overpopulated world, without faith or law
Where all scoundrels are king
However
Just the closest sphere
Not even the suburbs, in relation to the Universe
Proxima B, 4.2 light years
40,000 billion kilometers
To understand, no need to be a surveyor
While the distance between Earth and Moon is 384,400 kilometers!
And
This is said little
Every human being returning from space
From his body can lose track
Despite all the gymnastics
From one gadget to another, from astronautics
Six percent of lost bone mass
One third of the lost muscle mass
For nothing but six months in weightlessness
Even with a new population
Plasma engine, ten times faster, unreal lightning
39 days to go on Mars, but survival still not beautiful
True, centrifuges, artificial gravitation
But permanent danger, inhibition of action in the sky
Cosmic radiation
Deserting a planet where everything has become toxic
No beginning, no end, at all cyclical
Like eco-districts
Which are sometimes built on polluted surfaces
So, to desert, for outer space, all the errors, start again
Notwithstanding
If everything had been collectivized
But in fraternity and solidarity
And everything is barracks without freedom
Only count our planet
Failing, to date, 3604 exoplanets
Amazon alone, 250 different languages
Dozens of language families, amazing diversity!
But
The world is organized in false consciousness
In a total unconsciousness of false consciousness
All religions, all ideologies, all beliefs
This goes on TV, it parade on the radio
In most newspapers
Soon, already, here, not elsewhere, no habitable zone
On the planet Earth, all infréquentable
In the same unit of time
Who can stop at any time
Forty meters in diameter, a giant telescope
Lightning too is now rehabilitated
Hibernation on a controlled day
Yet in our cities
When the economy is so vile
People are dying of cold
People are dying of hunger
From the petty bourgeoisie always satisfied
From the big bourgeoisie who is partying
Of the middle-class bourgeoisie who persists
Finally, the rats live better than us
And in Paris, 1.6 to 1.7 rats per person, it's crazy
About 3,800 million rats, natural garbage collectors
Not like us, in the behavior, no gall
To eliminate nine kilograms of waste per year
And this by urban rat, who lives a year
While the chemical industry, killing
157,000 rats, one million mice, every year!

Patrice Faubert (2018) puète, peuète, pouete, paraphysicien (http://patrice.faubert.over-blog.com/) Pat says the guest on "hiway index"



Original: Inamissible inanité